Après le sommeil

Tu n’as pas grand chose à offrir après le sommeil. Le songe d’un oiseau, une porte entrouverte, une fraîcheur qui tinte à quelques mots. Tu n’avais en toi qu’une aube fragile. Une vague qui recommence mais pourtant ne se décourage jamais. Car il faut rester ardent au milieu des ruines. C’est un hasard que de vivre. Tout cet argent qui tombe dans les flaques, tout ce néant que l’on croyait inaccessible, tout est là, devant toi. Non une foi donnée mais une joie volontaire.  Le temps commence maintenant. Il te prolonge. Tu n’en finiras jamais de tuer ta langue trop bavarde. Chaque jour, tu es le lièvre et la tortue qui avance vers le plus beau des silences.

Bruno Ruiz, 2021

Photo, Bruno Ruiz, 2021

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s