Tous ces gens qui se taisent,

tous ces gens qui se lèvent,

tous ces gens qui se cachent,

tous ces gens qui parlent

tous ces livres qui s’ouvrent,

toutes ces portes qui se ferment,

ces couperets qui tombent,

ces blessures mortelles,

il sera mort d’avoir pensé,

il sera mort d’avoir dit non,

certains se seront moqués de lui,

d’autres l’auront chanté,

on se sera souvenu de lui,

le temps d’une mémoire d’homme,

et tout recommencera,

et tout recommencera.

b

Bruno Ruiz, 2021.

b

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s