– Tout ce qu’on peut faire et qu’on ne fait plus aujourd’hui. Un oiseau s’était posé sur son genou. Au-dessus des arbres s’élevait la clameur de l’été.

– Tout ce que l’on aurait dû faire et qu’on ne fera plus. Ils se turent tous les deux. Leurs habits étaient dans l’herbe.

– Tout ce qu’il reste à faire. Là-bas un train entrait en gare pour ne jamais repartir.

Bruno Ruiz, 2021

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s