Les hauts blés

Nous avions roulé tout le jour sur une drôle de route. Le monde entier se déchirait devant nous. Le désir était posait sur ton genou. Nous étions en retard depuis la nuit des temps. Soudain, sans l’avoir vraiment voulu, la voiture quitta la grand route pour prendre un sentier bordé de grands chênes. Tout devint lent et silencieux. Comme nous descendions pour nous dégourdir les jambes, le bleu du ciel s’abattit sur nos corps et d’un gouffre d’écume face à nous jaillit notre vie totale. Je te pris la main et nous y entrâmes. Il y avait dans l’air le parfum d’une vigne ancienne. Dans le lointain on entendait quelque bal de campagne. Une cloche tinta et c’est à ce moment précis que nos épaules se détachèrent pour se perdre dans les hauts blés.

Bruno Ruiz, 2021

Photo, Bruno Ruiz, 2016

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s