Sanglier

Cette nuit je me suis réveillé avec cette phrase

Même pas complète dans la bouche un bruit

Qu’il n’avait jamais vu dans l’odeur des iris au petit

Déjeuner je me suis bien gardé

D’en parler de peur que l’on me demande

Des explications du genre quand l’avez-vous

Vu pour la dernière fois ou bien que faisiez-vous

Mercredi entre 21h et 23h30 non

Je me suis contenté de l’écrire hâtivement

Dans une revue qui traînait c’était le journal

De la maison dossier éclairage illuminez

Le quotidien c’est chaque fois la même

Chose avec le papier peint quand on a

Mangé du sanglier la veille à trop

Le fixer on ne peut prévoir de quoi

La nuit sera faite

Bruno Ruiz, 2021

Bruno Ruiz, contre-lignes, 2021

Poster un commentaire

Classé dans Poèmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s