L’autre part

Le temps se sera refermé lentement sur moi. Je n’aurai jamais été aimé par les gens que j’admirais. Ce fut douloureux et je ne m’y serai jamais m’habituer. Mais à la longue cela m’aura rendu plus fort. J’aurai nommé des commencements dont ils furent sans doute la cause. Délivré quelques mots captifs même d’eux-mêmes. Assailli de rêves, je les aurai fait mien et j’en aurai sauvé quelques-uns. Mes routes n’auront jamais été tout à fait désertes. J’aurai laissé peut-être une ou deux îles habitées. Appris à d’autres, avec quelques maladresses, des rudiments de cette langue du silence qui vit en moi depuis si longtemps. Aujourd’hui je n’ai besoin que d’une chose. Être le témoin d’autres vies. De quelque chose d’autre qui m’appelle à être un autre prolongement de moi-même dans l’univers.

Bruno Ruiz, 2021

Photo, Bruno Ruiz, 2021

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s