Pieds bleus

De même qu’il est difficile de suspendre

Son corps paralysé au bout d’une courroie,

On reconnaît qu’on a bien mis sa moufle aux doigts

Quand ils touchent le bout. Ce n’est qu’un coup à prendre.

Mais de mettre ses deux chaussures en même temps

– Surtout si on est pressé – ou rester pieds-nus

Malgré qu’il fasse froid et que l’on soit velu,

Ce n’est décidément pas du tout le moment.

En cause est le virus qui rend notre vie rude.

Mais voilà que je reste avec l’incertitude

Que le vaccin un jour ne me métamorphose

En poète qui n’a plus à dire grand chose

Passant des jours entiers en délires abscons

Tandis que le président nous prend pour des cons.

Bruno Ruiz, 2021

Bruno Ruiz, Pieds bleus, 2021

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s