La rue froissée

mok13025d0189.jpg

Je rêve à perdre haleine. Je réussis même à ouvrir les yeux sous mes paupières. Je chemine à l’arrêt. J’arrose à l’eau ma flore intestinale. Je mets en terre des pots de fleurs, manière de leur rendre la liberté. Le temps est d’une incroyable élasticité. Les avions sont au sol. Finies les pistes blanches dans le ciel. Il faut tout réécrire. Même nos promesses les plus belles. Je suis au centre d’une étoile de mer. Une fois de plus, la nuit va me glisser entre les doigts. Une nuit froissée. Comme la mémoire d’une rue ancienne. Je n’ai jamais eu les mains tout à fait propres. Chaque jour me crible de patience. Que serais-je sans toi ô ma langue bien aimée ? Peut-être un drôle de silence roulant comme une ronce sur l’avenue presque déserte.

Bruno Ruiz, 2020
Peinture, Richard Conte, La rue, peinture froissée, 1978

Retrouve l’œuvre magistrale et protéiforme de mon ami d’enfance Richard Conte avec qui, pour la petite histoire, j’ai écrit mes premières chansons au début des années 1970.

http://www.richardconte.fr/

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Les infinis provisoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s