Les cordes

En ce moment, il pleut des cordes sur nos vies. Mais ces cordes ne sont pas faites pour nous pendre. Ce sont des cordes d’instrument. Elles sont faites pour nous hisser au sommet de notre montagne imaginée. Pour rassembler nos idées d’inaccessibles. Pour passer d’une rive à l’autre sans être pris par les courants. Pour tenir l’arbuste battu des vents, rassembler le bois flotté, lier les fagots qui nous réchauffent. Les cordes sont nos outils de liaison. Pas de lésions. Elle sont là pour nous évader. Pas pour nous entraver. En ces temps de miséricorde, les cordes doivent être le liant de toutes nos discordes.

Bruno Ruiz, 2020
Peinture, Picasso, Jeune fille à la mandoline, 1910

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Les infinis provisoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s