Les leçons de la dure patience

Aujourd’hui tombe en moi comme une goutte d’eau dans l’évier. Un temps inutile, immobile. Dehors est une splendeur interdite. Il semble qu’on ricane sur les branches. On se demande bien pour qui les bourgeons s’ingénient à devenir fleurs s’il n’y a personne pour les admirer. J’ai l’impression d’avoir lu tous les livres. Le téléphone reste muet. Je rêve d’une fantaisie céleste qui se fait attendre mais c’est une tragédie funeste qui se joue dans ma radio. Des nuages lentement passent sur la maison. L’herbe folle n’est pas coupée. Je rouille assis. Un feu est pourtant en moi. Je rejoindrai les autres après m’être exercé jusqu’au bout aux leçons de la dure patience.

Bruno Ruiz, 2020
Peinture, Michel Fourcade, Tadoussac.

Découvrez l’œuvre de mon ami Michel Fourcade https://michel-fourcade.com/index.html
C’est à lui que je dois la peinture de mon portrait sur mon premier disque en 1980.

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Les infinis provisoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s