Air connu

Aujourd’hui j’ai décidé de me désaccorder par principe aux participes. Parce que j’ai la langue pâteuse de trop de jours sans silence. L’haleine chargée par l’humus de trop de rhétorique. Je me prénomme, m’impersonnalise. Je me métaphore à l’aveugle, me surligne à l’adverbe. J’ai l’œuvre au beurre noir. Des balafres aux figures du discours. La prosodie qui me joue des jonquilles. Ne me demandez pas d’être clair. Je fonce. Ne me demandez pas à quel titre. Je m’ensquelette du texte. Me désosse de l’adjectivation. Je me verbalise de l’en-tête. Me formalise du fond. Tous les jours, que voulez-vous que je vous dise ? Je n’en finis pas de donner ma langue au chant. Et vous savez-quoi ? J’aime ça. Je ne peux pas faire autrement.

Bruno Ruiz, 2020
Photo, Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Les infinis provisoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s