Par la fenêtre

Je fais les courses dans le vent du parking. Ce matin j’ai acheté la lumière d’une source, une lavande oubliée par un jardinier et un livre sans fin. Je rangerai tout cela dans ma mémoire en rentrant. Ce soir, je consommerai mes produits en regardant les étoiles par la fenêtre. Je suis omnivore. Avant de m’endormir, je m’éclabousse toujours un peu d’imprévisible. Juste pour que demain ne commence pas exactement comme la veille. C’est une méthode fraîche de vieux consommateur. Depuis quelques semaines, je la renouvelle chaque jour en attendant l’arrivée des premières hirondelles.

Bruno Ruiz, 2020
Photo, Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Les infinis provisoires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s