Un seul élan

La vie n’est faite que d’un seul élan mais il t’éreinte
et tu finis par ne plus te souvenir
de sa trajectoire En vieillissant tu choisis

tes souvenirs Et tu avances à l’ombre
de ton chant de plus en plus seul le long
des murs Et à nouveau tu recommences

ce qui commence et qui finit Un verre qui déborde
dans les tensions d’un lancinant ennui
au milieu d’un hiver fait de rêve de cerises

Alors avec ton arme silencieuse tu tires
À bout portant sur la tempe secrète des mots
pour étreindre une fois encore le sens de la méthode

Bruno Ruiz, 2020
Photo, Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Poèmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s