Silence peuplé

Il n’y a rien
Entre la mer et le sable

Mais entre le noyau et la pulpe
Un territoire de saveurs

Un silence peuplé

Des plis du vent
S’en vont des poudres
Vers des fronts

Aux miroirs des nuées
D’effroyables destins

Les dents serrées d’une vie

Trop d’épingles en gorge

Paroles sans soleil

Que s’égoutte à jamais
L’enfance meurtrie

Et à l’heure
Vieillir

 

 

Bruno Ruiz, 2020
Photo, Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Hauts mondes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s