Le profond demain

Qu’il batte encore le cœur
Dans l’oseraie

Une valse légère
Visages démasqués

D’une torpeur
Un muscle

Un fouet claque

Voici la horde

La survenue
De trop de fards

La colère de l’ange
Et la caresse du fauve

Voici le profond demain
Et sa joyeuse barque

La traversée désormais
Sans horizon

Que le clapot du rameur

Sa confiante dérive

 

 

Bruno Ruiz, 2020
Photo, Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans 2020, Hauts mondes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s