Quelqu’un à sa fenêtre

J’ai reçu un jour la leçon du monde par la constellation des hommes. Je les ai cherchés dans les débris de leur naufrage, lu sur des lèvres mortes. J’ai trouvé même quelques-unes de leurs grâces dans de drôles de poubelles. J’ai dépierré la route qui menait au grand mur. J’aurai rompu avec tant de chaînes que je confonds encore aujourd’hui les horizons. Pourtant je grince toujours des dents pendant mon sommeil. A croire que le livre n’est pas encore fini. Il me reste encore à danser sur quelques tombes pour effrayer la mort. Mais je ne cueillerai plus de fleurs. Je laisse désormais les choses s’accomplir. Ne m’en veuillez pas trop : j’aurai aimé la vie un peu comme quelqu’un à sa fenêtre.

Bruno Ruiz, 2019
Gustave Caillebotte (1848-1894), Jeune homme à la fenêtre (1876)

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.