La petite porte

La porte s’ouvrira dans un immense élan de joie. Les geôliers ne nous diront rien. Ils nous laisseront passer, la tête haute. L’heure disparaitra derrière nous. Nous aurons pris acte nous-même de nos erreurs. Nous ne serons plus des abandonnés. Nous serons fiers de ce que nous aurons accompli. Nous serons une part du miracle. Un noyé définitif. Un chien sans maître. Ne me dites pas que vous n’avez jamais songé à cet ultime moment lorsque vous précipitiez des morceaux de soleil dans les eaux sombres du fleuve. Avouez-le, vous ne le faisiez pas par hasard, sans arrière-pensée. Moi je serai sorti comme j’étais entré. Par la petite porte. Et ce n’était écrit nulle part.

Bruno Ruiz, 2019
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.