Bruno Ruiz / Vous rejoindre

J’écris sur un fil pour célébrer les déséquilibres de l’espérance. Je doute des miracles. J’imite très mal les oiseaux. Je m’habille des haillons de l’invisible. J’ai peur de l’ordre. N’imprimez aucune de mes déprimes. Je ne serai jamais une fleur sans tige, un visage sans image. Je ne sais rien du ciment des ténèbres, rien de ces gourdes vides abandonnées dans les sables. J’ai toujours trop attendu des orages du lyrisme, trop dansé seul sur des plages désertes. Regardez-moi au fond des veines. Mon sang est plus épais que le temps. Je ne sais comment vous rejoindre plus vite.

Bruno Ruiz, 2019
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.