Bruno Ruiz / La taverne

Cette nuit j’ai forcé la chambre des secrets. J’entrais dans une taverne sombre et chaude. Des hommes jouaient aux dès, les yeux bandés. Il y avait une odeur de volaille grillée. Un enfant tremblait près des flammes. Un homme soudain s’est levé et s’est mis à chanter. Une pièce en or tourna sur la table. Puis une autre. Le silence qui vint après traversa les murs et se perdit dans la ruelle. Je restais assis parmi les voyageurs. Je cherchais quelques codes sur leurs lèvres. J’avais le secret espoir que personne ne me reconnaîtrait sous les chandelles. Un vieil homme cependant posa sa main sur mon épaule. « Tu es ici chez toi » me dit-il. Et il disparut dans un étrange sourire.

Bruno Ruiz, 2019

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.