Bruno Ruiz / Un seul arbre

Ceux qui m’ont fait du mal ne se reconnaîtront pas ici. Ils ne liront sûrement jamais ces mots et c’est très bien ainsi. J’aurai quitté à jamais leur chemin. Aujourd’hui je le jure, je n’ai plus aucune haine. Simplement une lassitude incise dans la chair comme une blessure tenace. Une vieille cicatrice dans le dos. Le temps accomplit son travail entre la lumière et la dernière moisson. Un absolu continue à s’écrire en moi jour après jour. C’est un épi sensible qui vibre au vent, une douce langueur qui rassemble les beautés éparpillées de l’univers. J’ai rangé mon arc avec ses flèches inutiles. Mon seul maître est désormais un arbre. Un seul arbre. Droit et silencieux au milieu de la plus sereine des forêts.

Bruno Ruiz, 2019
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.