Bruno Ruiz / L’oublié du centre

Ce que contient le jour est une chanson inachevée, une ruelle humide, quelques passants qui se pressent. L’air sent les arômes d’une soupe à midi. Un jeune homme fougueux sur son vélo traverse le carrefour. Qui sait ? Ma mort attend peut-être à ce feu rouge. Une vérité nue cisaille l’air froid. Toutes les couleurs du monde tombent sur moi dans une ivresse de poète un peu fou. Je suis tâché de boue, penché sur quelques traces. Je ne me résous jamais à rentrer à la maison. Je suis l’oublié du centre. Un exemple infini. Un passeur de silences à l’ombre de quelques mots.

Bruno Ruiz, 2018
Peinture Vassily Kandinsky, Impression III (Concert), 1911

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.