Bruno Ruiz / Rien n’attend

Mark-Rothko-(6).jpg

Rien n’attend. Quelque chose se passe. Un ciel crispé. Une couleur lente dans la rue. Un oiseau est surpris entre les feuilles. On choisit un labyrinthe. Un rythme. Une conscience. On ne suffit jamais à son éternité. A toute la musique du monde. Ce soir tout est discontinu. Contretemps. Promesse tombée, promesse remise. J’ai fait le tour de ma chair. C’était une île dans la nuit. Un temps qui dévore. Je vais tout laisser reposer. Accompagner avec bienveillance tous ces mots qui tombent au fond de la gorge. Avec les aliments blessés, l’acide misère, le cœur sourd dans le ventre. Non, rien n’attend. Seul, un squelette tombe dans le sang.

Bruno Ruiz, 2018
Peinture, Mark Rothko, 1903-1970

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.