Bruno Ruiz / La fleur sauvage

Nous ne mourrons pas. Notre ardeur se transmet comme un fil imperceptible entre les hommes. Nous sommes ce bois pourrissant où se réfugient les belles et riches vermines des forêts, celles qui font que la terre reste toujours vivante et fertile. Je suis le lézard gardien des ruines du vieux monde. Celui qui rêve aussi de tout reconstruire. Jamais personne ne m’entend tout à fait mais je sais qu’il y aura toujours une oreille vagabonde qui s’égarera des sentiers battus, une fleur sauvage entre les pavés, un sourire jailli des vieilles tombes de ceux qui seront restés le plus longtemps debout pour que notre vie soit plus tolérable et plus lumineuse. C’est pour les célébrer que j’écris cela ce soir.

Bruno Ruiz, 2018

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.