Bruno Ruiz / Ce que je pèse

Je pèse le poids d’un océan de larmes, d’une route sans carrefour, d’une ville étrangère en feu. Je pèse le poids de la nuit qui cherche la lumière, le poids d’un éclat d’obus dans l’œil d’un aveugle. Je pèse le poids d’un parfum qui s’éternise sur la poulie du temps, le poids de l’inépuisable désir de vivre. Je pèse le poids d’un voyageur qui cherche son billet, le poids du vent dans l’arbre et celui des ardoises mouillées. Je pèse le poids des ténèbres et l’issue des combats. Mais je pèse trop lourd comme l’oiseau qui cesse de chanter et qui cherche un nid immense dans la forêt de tous les hommes.

Bruno Ruiz, 2018

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.