Bruno Ruiz / Les derniers appels

Je fus un jour de semaine. Un parfum de clarté sur le chemin sans ombre. J’aurai bu des vins profanes dans des cérémonies aux métaux des plus rares. Je n’aurai rien été d’autre qu’un fil invisible cassé, tombé dans un fleuve lent. J’aurai joué à être un vivant. Je ne retournerai jamais d’où je viens. Mais je n’ai plus peur de tout reconstruire, de redessiner ce que je fus. Un jour, les talismans tombent dans l’oubli, sans commentaire possible. La nuit descend dans ce que verront les derniers yeux des hommes et personne n’entendra leurs appels au fond des forêts. Une chanson dans la gorge d’une sittelle.

Bruno Ruiz , 2018
Photos : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.