Bruno Ruiz / La beauté immobile

Ne te courbe pas ma parole. Apprend à ne dépendre que du silence. Ne t’arrête pas mon cœur. Epouse la cadence de l’âge. Marche vers ton rendez-vous. Accepte de refermer les livres que tu aimes. Tant de poèmes ne se déchiffrent jamais. N’aie pas peur de ce qui te désaccorde. Ce qui est derrière toi ne changera pas. Tu seras toujours un peu cet enfant flou qui regarde l’horizon avec les yeux d’une certitude, celle qui fait que tu chantes encore le monde avec la ferveur des saintes colères. Il est un temps pour être dans l’avion qui rature l’azur, un autre pour le regarder passer avec le sourire de la dernière beauté immobile.

Bruno Ruiz, 2018

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.