Bruno Ruiz / Sans nouvelle de vous

Je suis parfois sans nouvelle de vous, j’ouvre des journaux, je délie vainement des langues, décachète votre absence. Je parle à l’ombre des paroles qui furent les vôtres, j’invente des récits qui vous contiennent. Je suis le rayon qui traverse vos tombes pour rejoindre votre mémoire endormie. Lentement je descends les Champs Élysées vers vous mais je sais que tout cela n’est qu’un vertige de vivant, la fiction d’un passant triste. Alors j’essaie de vous oublier mais chaque fois un signe tombe sur le chemin. Une trace que je suis seul à voir devant la fondrière qui nous sépare. Je suis parfois sans nouvelle de vous mais ça ne dure jamais. Vous êtes si près de moi.

Bruno Ruiz, 2018
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.