Bruno Ruiz / J’entends des chiens

Je n’oublie rien lorsque je marche. Je m’additionne à des images, m’allège dans les clameurs du jour. Je vais ma vie d’homme rêvant. J’entends des chiens. Des peuples dansent dans mes ratures. Non je n’oublie pas les bruits de bottes, le socle affaissé des héros, l’angle des rues où s’échappèrent des survivants. Je n’oublie pas non plus là-bas ces ombres furtives qui se répètent, ni ces lampes vacillantes dans les rues désertes. Je suis à fleur de peau un reste de soleil, un ennemi du diable, un secret mal gardé dans le paysage qui se tache.

Bruno Ruiz, 2018

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.