Bruno Ruiz / Fin d’après-midi

Je suis à terre. Au milieu du vertige. J’embrasse la rue. Le parfum des passants. Je ne suis jamais égaré. Dans le lointain, j’entends une musique. C’est l’heure où tout se décolle, les affiches et le vieil azur au-dessus des immeubles. Faut-il appeler quelque chose pour que la nuit vienne ? Des animaux nocturnes cheminent déjà dans ma tête. Un enfant hurle. C’est le cri d’un paon. La poitrine de l’eau s’offre sur le bord du canal. Tout se prépare au grand enfouissement des ombres. De longues phrases descendent en moi jusqu’à mes doigts. Elles cherchent la mélodie d’un rêve qui va commencer.

Bruno Ruiz, 2018
Photos : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.