Bruno Ruiz / Le mur

J’ai commencé un jour à me lever simplement pour savoir ce qu’il y avait de l’autre côté du mur. J’ai cru y apercevoir mon semblable. Il était allongé sur le sol. Décapité, le corps lacéré. Je n’ai pas voulu vraiment le voir. Je croyais à une mise en scène de l’histoire. Alors un homme s’est approché du cadavre, il a pris la tête entre ses mains, et sans rien me dire ni rien crier, il l’a brandie vers le mur. J’ai su alors qu’il faudrait qu’un jour ce mur tombe. Propre de mon côté, j’avais déjà beaucoup trop de sang sur les mains. Beaucoup trop de sang dans ma mémoire d’homme. L’homme me regardait. Il attendait de moi des actes.

Bruno Ruiz, 2018
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.