Bruno Ruiz / Epiphanie

Et soudain tout s’allume en moi, tout se dresse dans le ciel, un frisson, un éclair, le temps qui s’arrête et celui qui commence, une promesse exacte de ferveur dans l’incendie incongru de l’hiver. Je suis au milieu de moi, enchanté par le jour étreint. Et tout ce que je perçois, la preuve du vent dans les branches, le sacre de l’instant dans les yeux des passants, tout cela me déténèbre, me désefface, me dépiège, envahit quelques intérieurs paisibles où je peux y lire toutes les demeures de ma vie, croisant des présences tremblées, des témoins d’aurores, des visages jaillis de murs invisibles. De ces fulgurances, m’assiégeant au milieu des foules, je ressors plus vivant que jamais, plus uni à  la chair infinie du monde qu’à moi-même. Je suis pour quelques secondes à la fois le temps total et le sens de l’univers.

Bruno Ruiz, 2018
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.