Bruno Ruiz / Jour de pluie


J’ai touché ce matin le visage du monde. Sur la vitre embuée il y avait toutes les traces d’un voyage, un abîme derrière de hautes portes, des soleils évidents au-dessus des alcôves, un mystérieux murmure à l’oreille des dieux. Avec mon doigt j’ai peint l’enfance d’une musique, une maison mélancolique où dort un chat placide sur les genoux d’une femme mortelle entre les lampes. Dehors la pluie bat aux rythmes de la ville et des yeux lentement glissent jusqu’au chambranle des fenêtres. Ce soir, je ferai voilure de mes rêves pour que le temps m’épargne l’espace d’une nuit douce et protégée. Et pendant que les bourrasques siffleront leurs offrandes aux jonquilles penchantes, je chercherai encore à convaincre l’ombre des bienfaits d’une lune invisible.

Bruno Ruiz, 2018
Dessin : Mosè Bianchi (1840-1904)

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.