Bruno Ruiz / Harlem Lady



Je me souviens du mimosa de ma mère. Quand j’ouvrais la fenêtre il entrait comme une goulée de printemps en avance. La fille de mes rêves dansait, si belle dans ma tête. Elle traversait la cour du lycée comme la dame de Harlem de David Mac Williams qui passait en boucle sur mon tourne-disque. Il y avait comme quelque chose qui attendait sur les pelouses, un désir de peau, un avenir transparent qui tombait des pins. Je savais que tout près, la mer était là qui me protégeait du temps qui passe. Harlem Lady avait des cloches sur ses chaussures. Elle avait une bague en diamant et moi j’étais plus invisible que le soleil sur les terrasses. Le monde basculait dans une utopie qui ne m’aura jamais quitté, comme un tunnel qui s’ouvre sur les lumières de quelques accords inconnus. Un jour, il nous faut l’accepter : nous ne sommes faits que de ce que nous ne seront jamais plus. Et c’est très bien ainsi.

Bruno Ruiz, 2018

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.