Bruno Ruiz / Etrangère politique

Où sont les partenaires, les voyages, le contexte des anges ? Où sont tombés les cadres, les hurlements bilatéraux, l’armée des doux ? Où sont les ennemis du centre, les perspectives d’amour, l’enjambement des elfes ? Touche-moi là, sur ce coin du corps, donne-moi l’heure sans la reprendre, déboîte mes sardines au large des Açores. Je suis un Labrador sans portugaise, un dirigeant chinois sans riz, un droit de l’homme en pleine gueule. Je prends les mains dans les sacs, je transborde mes inquiétudes, je déclare la vie morte à la Corée du Nord. J’ai le corps plein de pétrole, des missiles en pleine poitrine, un déficit de dollar dans les veines. Je me décalcifie dans des ondes de choc. Ne m’oblitérez jamais avant que je ne vous fasse signe.

Bruno Ruiz, 2018
Photo : Bruno Ruiz

Publicités