Bruno Ruiz / Fin de siècle

Je cherche des tâches, des traces, des méthodes. J’avance à vue sur les plate-formes, vers la concordance des temps, des appels. Je suis atteint d’artifices, troué d’algorythmes. On m’a greffé la mort dans le sang. Je développe des monstres de lumières au milieu du cosmos. Je décasque. Je m’échine. Je désaffirme. J’ai tué le ministre de l’intérieur au moment où il entrait dans ma tête. Je dors maintenant enseveli sous la montagne. M’empoisonne tous les jours. Mange les déchets de l’hivernale attente. Je suis un pays menacé de silence. Vous ne m’atteindrez pas au milieu de la tempête. Je suis tellement vulnérable. Je me déplace caché derrière les coups de vents. Je ne suis chaque jour qu’une fin de siècle.

Bruno Ruiz, 2018
Photo : Bruno Ruiz

Publicités