Bruno Ruiz / Le domaine

Parfois j’entre dans un domaine étrange, une vaste étendue de plaines râpées au bord d’un lac gris et glacé. Des milliers de papillons blancs rejoignent des milliers de fleurs humides. Une jeune femme en robe blanche est assise. Elle sourit et me regarde mais je sais que c’est la fille de la Mort. Il y a dans l’air la mélodie d’un violoncelle et tout le bleu du ciel s’est lentement dissous dans l’acier de l’air. Moi je vis dans l’essence de quelque résine, à l’orée de moi-même. Je prépare des voyages sur des cartes transparentes. J’aurai reçu de vous des consignes pour mieux vous rejoindre dans l’opale du matin mais le plus tard possible.

Bruno Ruiz, 2017
Encre : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.