Bruno Ruiz / Signes

Des signes sont autour de moi dans la ville. Des formes étranges, mystérieuses, illisibles. Des sortes de requiem silencieux pour quelques traces mourantes, une langue accrochée aux parois des murs, aux accidents des trottoirs. Et tous ceux qui sont passés par là, laissant une part d’eux-mêmes se mêlant aux cris des pierres et des briques, fêtent sans le savoir les épousailles des lieux qu’ils habitent. J’avance dans des paroles muettes, des grammaires gravées et peintes dans la syntaxe des palissades. J’aime savoir que quelqu’un, quelque chose, me parle dans la permanence de mes pas, comme par un dialogue avec cet imperceptible mouvement de l’immuable qui se mélange en moi pour devenir le poème de ma promenade.

Bruno Ruiz, 2017
Photo : Bruno Ruiz, cet après-midi sur le Quai du Savoir à Toulouse.

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.