Bruno Ruiz / Notre part

Notre part indigène et archaïque, notre part souveraine et populaire, notre part obscure et lumineuse, pure et imputrescible, intime et universelle, notre part impartageable et collective, notre part cohabitante et solitaire, notre part accidentelle et choisie, notre part infinie, indéfinie, notre part de silence et d’écoute, notre part qui boit et urine dans les scléroses de l’ennui, les cirrhoses de l’absolu, notre part de poussière et de mémoire, d’algues et d’étoiles, notre part de tendresse et de sang, d’hivernales courbatures et de croyances inavouables, d’approximation et de rigueur, de terre et d’océan, notre part d’allégeance et de fronde, celle qui nous distingue et nous rassemble, nous contredit et nous rassure, nous accepte et nous délivre, cette part qui colle à notre vie comme une peau, une gangue, qui fait de nous ce que ne seront jamais les autres et des autres nos semblables.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.