Bruno Ruiz / Dans le train

Je suis assis dans le train. Défilent d’obscures étoiles, des carrefours dans la brume. Mes souliers se taisent de fatigue. Rien n’est vraiment misérable à celui qui avance. J’entre dans des gares qui ne sont pas les miennes. Le temps est impardonnable à quelques corps somnolents. Je ne me retourne pas. J’additionne des images. Prends le pouls de mon âge. Au loin s’éloigne la mélancolie d’une église, une balançoire givrée dans un jardin, un abri-bus désert. J’ai froid pour le vol du rossignol, pour l’altitude du ciel gris. À qui appartient ce parfum de tabac dans le couloir ? Ma tête dodeline dans les aiguillages. J’arrive sans cesse. Des diamants tombent de mes doigts pour payer le voyage.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.