Bruno Ruiz / Chanter avec les loupes

J’embarque facilement sur l’océan de mes limites, je rame entre les eaux imparfaites de ma vie, comme un taureau hagard qui cherche en vain son matador. Donnez-moi une leçon de douceur, je vous en prie, le cadeau d’un voyage au-dessus des immeubles, la carte d’un exil dans le soir incertain. Toute peine est profonde et toute joie trop courte. Il y avait des routes impossibles et d’autres nécessaires. Personne ne m’avait jamais dit que j’avais des fleurs cachées dans les mains. Voici venir le temps de l’immédiat. Il ne sert à rien de brûler les vieux textes. Il faut seulement les relire et chanter avec les loupes.

Bruno Ruiz, 2017
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.