Bruno Ruiz / Le miracle du temps

Je disparais dans ma ville que je ne reconnais plus et c’est sans doute très bien comme cela. Les jeunes passants d’aujourd’hui ressemblent aux jeunes passants d’autrefois, et je cherche dans leurs yeux des gens qui sont devenus aujourd’hui des vieillards. Ainsi je traverse le miracle du temps par la couture défaite des ans. Même les klaxons ne sont plus les mêmes. Seul demeure mon enthousiasme à traverser les vieilles ruelles. Savoir que je respire le même air que celui de mes ancêtres me réconcilie avec l’éternité des hommes. Ce soir je dînerai de toutes les viandes de mes contemplations. J’aurai gardé la main posée sur le livre des nostalgies pour ne pas trop voir le grand âge de son éditeur.

Bruno Ruiz, 2017
Photos : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.