Bruno Ruiz / Retour au monde

J’écoute doucement le monde par la fenêtre. Ce sont des récits qui passent comme des voitures disparaissant au coin de l’allée. Il y a comme une épaisse broussaille d’ennui en moi, de feuilles mortes qui s’amoncellent sur le trottoir presque désert. Je suis au bord des yeux de quelques passants attardés dans leurs jambes qui se hâtent vers leur vie. Pour un temps seulement, des chansons s’éloignent de moi et il ne sert à rien de les suivre, de les retenir. Elles ont besoin de rejoindre le silence des autres. Je me suis juste rassuré de n’être qu’un arbuste dans la forêt des hommes, un peu de ce qui tombent du ciel bas, une vieille pluie qui lave et dénoue quelques entrailles secrètes pour vous avoir tellement attendu et tellement aimé.

Bruno Ruiz, 2017
Photo : Bruno Ruiz

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.