Bruno Ruiz / Acacias

Aujourd’hui j’ai poursuivi dans la rue le parfum de ma vie. Je n’ai pas voulu voir son visage. Il se mêlait à celui de quelques roses, quelques sueurs de printemps. Que dire à cette belle étrangère qui porte sur elle sans le savoir une si capiteuse mémoire ? Parfois même, ce sont les arbres qui se souviennent de mon enfance. L’air a la générosité des lavandes dans le soir. Ne dis rien. Je suis si près de toi. Si dense à côté de ta main dans la mienne. Depuis que je suis né je suis envahi du plus beau des recueillements. Je fais tomber en moi des tasses pour le simple plaisir d’un parfum de cardamome. L’anis est dans l’instant que je m’invente et cette pluie de fleurs d’acacias ne tombe que pour que l’averse de la mort soit supportable.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.