Bruno Ruiz / Le bel aujourd’hui

La danse, 1910

Ô ferveur qui nous porte entre les feux, grammaires flamboyantes des vérandas chantantes, beauté plantée dans le pain sur la table à midi ! Des corps s’éprennent entre les magnolias par la main verte du temps épousé ! Joie penchée sur des lits orange où rêvent des enfants fatigués d’avoir trop dansé ! A chaque carrefour, nous savons jongler avec les astres où nous attendent des carillons impatients et le silence furibond de la mort. A chaque nouvelle route, nous savons regarder la lumière dérivante des barques respirant sur les eaux paisibles. Mots de traverses et d’amours, entre les vagues ruisselantes et le heurt des images, mots des belles orties rêvant des plus hautes cimes, mots penchés sur la profonde et souveraine trace du monde à jamais retrouvée. Fêtons ensemble le bel aujourd’hui, celui qui sait épouser le grand désordre universel.

Bruno Ruiz, 2017
Henri Matisse, la danse

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.