Bruno Ruiz / Inaccessibles et solidaires

Nous sommes inaccessibles et solidaires. Aucun souffle de vent ne peut nous mettre à terre. Nous avons en nous le diamant de la mort que l’on garde contre notre cœur comme un cadeau d’éternité. Dans le murmure cosmopolite de villes ouvertes, nous gravissons des belvédères sans fin au-delà des galaxies hivernales. Nous avons la patience de ceux qui piétinent, bâtissant des cercles où chantent des hommes de bonne foi. Aux quatre saisons du monde, nous dévidons des pelotes de tendresse depuis notre jeunesse qui avance devant nous. Nous savons lire le silence des forêts, déchiffrer la tragédie des rires et pour que tout recommence un jour, nous bâtissons une espérance transparente, celle de pionniers sans âges, car nous entendons ce que vous n’entendrez que si vous payez le tribut de la toute la mémoire humaine.

Bruno Ruiz, 2017
Alger Architecture Fernand Pouillon

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.