Bruno Ruiz / Nulle part

J’ai mis un pas devant l’autre sans essayer d’oublier le précédent, mais aujourd’hui, il y en a tellement que je suis incapable de tous les recompter. Alors je regarde devant moi. Je respire l’air de mes ancêtres. Et c’est à chaque foulée que j’apprends la complexité de leurs paysages, celui de tout ce temps nécessaire. Je trouve mon chemin sans le regarder et plus j’avance plus le ciel se fait léger sur mes épaules. Je ne m’arrête pas. Je fais ce que j’ai à faire. Même avec lenteur j’explore, j’allume, je cherche, je redessine la carte improbable de ma vie. Il y a beaucoup de monde devant moi. Il y en a derrière aussi. Au fond, je n’allais nulle part. Et nulle part, c’est le nom d’un pays merveilleux.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.