Bruno Ruiz / Ne nous oublions pas

Nous aurons été quelques-uns à bouger des arpents de peines, des paroles abîmées par de trop vieilles espérances. Nous aurons tant célébré la splendeur des vagues blanches, l’écume des fêtes, s’arrangeant de toutes ces erreurs de nos vies gisant dans la pénombre. Nous nous serons excusé de ne pas avoir été l’aventurier rêvé de nos voyages de livres, toute cette violence faite à l’ennui dans l’incompréhensible silence qui s’attardait sur notre belle adolescence. Mais nous sommes beaux aujourd’hui. Beaux comme ces vieux chardons oubliés, face à l’eau calme et presque éternelle, devant l’étang serein qui attend l’heure nouvelle. Amis sans âge, dîtes-moi que le temps est toujours de notre côté. Amis que je n’ai jamais vu, j’entends votre souffle rassurant sur mon écran. Ne nous oublions pas.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.