Bruno Ruiz / Voter dimanche

Aujourd’hui je marche dans la campagne. Un chemin que je connais bien. Et soudain une envie de prendre une traverse. Comme ça. Parce qu’il fait beau. Je sens soudain qu’un je ne sais quoi d’audace m’autorise à des joies inconnues de vagabondage entre les champs de colza, les terres labourées, avec des barrières à franchir, des ruisseaux inattendus. Ah ce plaisir de se faufiler sous des barbelés et de saluer quelques vaches surprises ! Comme si la beauté se gagnait à force de lutte contre l’inertie et l’habitude. Le printemps, le vrai printemps, avec la force du jeune soleil, ce n’est peut-être que cela. Cet élan vers autre chose, cette célébration des naissances. J’ai les pieds trempés par la rosée du matin et l’eau des ornières, mais la tête bouillante de tout ce qui peut commencer. J’irai voter dimanche.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.