Bruno Ruiz / Alexandrins blancs

168989756

Je suis venu vers vous comme un livre qui s’ouvre, avec des mots de joie pour repeindre mon masque. J’ai fait de ma mémoire un dieu pour chaque mort, une étoile filante à l’or de vos étoiles. J’ai franchi des regards pour chanter vos silences, atteint des continents où nul être ne pleure. Je suis l’enfant des pins une vigie des dunes, où dansent des oiseaux revenus du grand large, et je trace dans l’air une ligne fragile entre les dieux blessés de ma vieille jeunesse. Et je brûle à chaque heure une langue éternelle, dans l’harmonie choisie du partage des feux. Je suis venu vers vous dans le rythme d’un vers. Seulement quelques mots sur votre corps sans rime. Et ces alexandrins qui se brisent sur vous, ne sont là que pour l’or et l’ivresse du temps.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.