Bruno Ruiz / Le vieux de mon enfance

Je suis désormais ce vieux de mon enfance. Celui que je voyais attendre le soir sur un banc public, qui passait à pas lents dans la ruelle. Celui qui n’était plus dans la course et que l’on ne prenait plus au sérieux mais qui demeurait parfois une part de la mémoire vivante de l’Histoire. Je regarde désormais la vitesse du monde à laquelle je n’appartiens plus, dans l’espérance confiante des jeunes pousses, l’ébahissement des premières découvertes, la beauté des corps qui passe. Je remercie encore cette nuit qui me ressemble et ce jour revenu au soleil comme la perle rare du temps qui me reste, émerveillé d’être inutile et de chanter encore le sens des hommes dans la contemplation de tout ce qui me reste encore à apprendre. Je suis désormais ce vieil amant du temps qui passe.

Bruno Ruiz, 2017

Poster un commentaire

Classé dans Dans le désordre

Les commentaires sont fermés.